Grèce: entre faim et pauvreté, l’ombre est tombée sur le Parthénon…

dessin cartoon crise grece 1 Grèce:  entre faim et pauvreté, l’ombre est tombée sur le Parthénon…De Capitaine Martin

Ils sont certainement nombreux ceux qui, dans les salons où se décide l’avenir de l’euro, pensent qu’après tout, les Grecs méritent tout ce qu’ils endurent. Ils le méritent parce que l’Europe du nord est fondamentalement convaincue que l’Europe méditerranéenne a pendant des années tellement vécu au-dessus de ses moyens qu’il ne reste plus aujourd’hui aux Hellènes qu’à tendre la main vers ceux qui seront enclins à les aider, comme les Allemands par exemple, qui ont toujours su jouer de leur position dominante.

C’est une position cynique qui ne tient pas compte du fait que les peuples de la Méditerranée ont vécu jusqu’ici chichement avant de sombrer aujourd’hui dans une misère noire. Si ceux qui ont effectivement préjugé de leurs moyens représentent une toute petite partie de la population de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne ou du Portugal, ceux qui possèdent suffisamment pour éviter la crise qui s’abat sur les pauvres, sur les faibles, sur les vieux, etc., ne sont pas plus nombreux.

L’opinion publique internationale ne peut plus fermer les yeux sur les enfants qui, à Athènes, fouillent les poubelles pour trouver quelque chose à manger, ou ces étudiants qui demandent de la nourriture aux copains.

Le New York Times a découvert la semaine dernière que le « tiers-monde » est situé au cœur de l’Europe, dans l’indifférence de la troïka et des sommets européens. « Je n’aurais jamais imaginé une situation pareille, même dans mes pires cauchemars. Nous sommes désormais au point de voir partir nos enfants à l’école le ventre vide. Les familles n’ont pas seulement de difficultés avec le chômage ; elles luttent tout simplement pour survivre », a dit au quotidien étasunien Leonidas Nikas, directeur d’une école élémentaire à Athènes. On estime aujourd’hui que 10 % des élèves d’écoles élémentaires souffriraient de la faim en Grèce, ce qui rapprocherait le pays de certains pays africains.

Alexandra Perri travaille dans une école d’Acharnes. Elle a déclaré au New York Times que 60 des 280 élèves qui y étaient scolarisés souffraient de malnutrition, ajoutant que « les cas avaient nettement augmenté cette année ». Il y a donc un lien direct entre les coupes claires dans les budgets sociaux et l’explosion de de la pauvreté. Sans parler du nombre de suicides qui est allé crescendo ces deux dernières années. Et comme si ça ne suffisait pas, le système de santé semble être à l’agonie, et nombreux sont les Grecs qui ne peuvent plus s’offrir les soins appropriés. Pour bien comprendre la portée du phénomène, le taux de mortalité par suicide et par homicide a respectivement augmenté pour les hommes de 22,7 % et 27,6 % entre 2007 et 2009.

La Grèce est le meilleur exemple de l’échec des politiques d’austérité. Ce test grandeur nature effectué sur les ressortissants grecs peut ainsi montrer au monde entier qu’il est impossible de supposer une reprise économique sans intervention active de l’État. Davantage d’interventionnisme donc, à l’opposé du fanatique recours aux privatisations et au démantèlement de l’État imposés par une poignée d’inexpiables libéraux sans scrupules. Mais n’est-ce pas tout simplement illusoire dans le cadre de l’Union européenne qui impose systématiquement… des réductions de dépenses publiques ? Et sans investissement public… c’est la mort !

Capitaine Martin

Source: Résistance

 

One thought on “Grèce: entre faim et pauvreté, l’ombre est tombée sur le Parthénon…

  1. Pingback: Grèce: entre faim et pauvreté, l...

Commentaires fermés